Oligofeed : 1,2 million € pour réduire la mortalité des abeilles

10 juillet 2024
Alimentation durable

Newsletter

Des bonnes nouvelles, des ressources et des jobs : découvrez toute l’actualité de la communauté H7 dans votre boîte mail.

La Belle Histoire est une série d’articles qui met en avant des entrepreneurs et leurs équipes en partant de là où tout a commencé, pour vous partager les étapes par lesquelles ils sont passés. La suite ? Ils sont encore en train de l’écrire.

Un tiers de l’alimentation mondiale dépend de la pollinisation : c’est le constat de départ de Oligofeed. Née de la rencontre entre Aneta Ozieranska – CEO – et Sébastien Floquet – CSO -, la start-up s’est donné pour mission de réduire la mortalité des abeilles, insectes pollinisateurs essentiels pour le bien-être de l’ensemble de la chaîne alimentaire. 

Depuis 2023, Oligofeed développe un aliment non toxique, qui booste le système immunitaire des abeilles, réduit leur taux de mortalité et augmente la productivité au sein des ruches.

Seulement quelques mois après le début du projet, l’entreprise réalise une levée de fonds de 1,2 million d’euros aux côtés de The Yield Lab Europe, CCI Capital Croissance, Établissements Peugeot Frères et de business angels. Découvrez leur belle histoire.

La genèse d’Oligofeed

Le début de l’histoire d’Oligofeed s’écrit entre la France et la Pologne. Aneta Ozieranska, ingénieure de formation fait ses premiers pas dans le monde du travail dans l’industrie informatique. En 2012, elle quitte la Pologne et s’installe en France pour poursuivre sa carrière.

Presque dix ans plus tard, la jeune femme souhaite investir son temps autrement et décide de se lancer dans l’entrepreneuriat. “Je voulais mettre mon énergie dans un projet qui ait du sens. Consciente de l’urgence climatique, j’ai rapidement identifié des problématiques autour de la pollinisation, mais très peu de solutions existaient pour y répondre.” explique la cofondatrice.

Pour trouver son projet, Aneta se tourne vers les laboratoires de recherches et vers la SATT Paris-Saclay – l’une des sociétés d’accélération du transfert de technologie, qui met en lien les chercheurs et les entrepreneurs. Par ce biais, elle rencontre Sébastien Floquet, enseignant-chercheur à l’Université de Versailles, et tête pensante derrière la technologie Oligofeed.

Nous sommes en 2023 et seulement quelques mois après leur rencontre, Aneta et Sébastien créent la structure. Cette rapide association fait suite à dix longues années de recherches académiques menées par Sébastien Floquet.

Aneta Ozieranska et Sébastien Floquet, cofondateurs de Oligofeed

Dix ans de R&D avant la commercialisation

Retour en 2014 : Sébastien – chimiste de formation – mène des recherches sur les molécules et les oligo-éléments. Grâce à une collaboration avec un institut moldave, le chercheur débute sa phase de R&D et mène des expérimentations sur le terrain. Les premiers tests sont positifs et ouvrent la voie à la création d’Oligofeed : des micro-nutriments brevetés ayant pour but de réduire le taux de mortalité des abeilles. 

“Notre objectif est de fournir des preuves scientifiques solides de l’efficacité de nos produits. Le secteur de l’apiculture a un besoin urgent de solutions efficaces, soutenues par une recherche scientifique solide.” explique Sébastien. Pour cela, il s’entoure d’apiculteurs, de biologistes, de physiciens, d’autres chimistes et tout est étudié au millimètre près, en prenant en compte chaque variable : âge de l’abeille, météo, sous-espèce ou encore floraison.

“Notre produit est issu de dix années de recherches académiques. Sébastien a travaillé pour concevoir la forme, calculer les dosages et évaluer l’efficacité du produit. Les tests, effectués sur 1300 ruches et dans 5 pays, nous ont permis de constater une baisse de la mortalité pendant la période hivernale et une augmentation de la productivité pendant la période de pollinisation.” explique la CEO.

Douze mois pour concrétiser la levée de fonds

L’équipe Oligofeed. De gauche à droite : Matthieu Holmière (ingénieur, chef de projet marketing), Valentine Escoda (ingénieure, industrialisation et production), Sébastien Floquet (cofondateur et CSO), Diana Ceborati (ingénieure d’études) et Clémence Riva (chercheuse)

Cette dernière année, l’équipe fait face à trois grands enjeux : les procédures légales, la visibilité de la solution et les financements.

Sébastien et Aneta enchaînent les concours et remportent notamment le prestigieux prix iLab 2023 soutenu par la BPI et France 2030. En octobre 2023, ils intègrent la communauté H7 et le programme “innover pour une alimentation durable”, par H7 SUEZ et Lyon Métropole Habitat, afin d’identifier et consolider leur écosystème de potentiels financeurs.

Le mois de mai 2024 marque un tournant pour l’équipe, qui ouvre son premier laboratoire à Paris-Saclay. Situé en plein cœur d’un campus consacré à l’innovation et à la technologie, ce nouveau lieu de travail permet à l’équipe de consolider la R&D existante et d’imaginer les produits de demain. 

Ce même mois, Oligofeed annonce une levée de fonds de 1,2 million d’euros, aux côtés de The Yield Lab Europe, CCI Capital Croissance, Établissements Peugeot Frères et de business angels. Grâce à cette levée, l’équipe souhaite finaliser son MVP et entamer la production et la commercialisation à plus grande échelle.

“Aujourd’hui, Oligofeed est une équipe de 6 personnes partagée entre Lyon et Paris. Il s’est écoulé moins d’une année entre notre association, nos recrutements et la levée de fonds. La croissance a été rapide et forte mais on s’y attendait. Dans les prochains mois, nous souhaitons poursuivre nos recherches pour étendre la technologie Oligofeed à d’autres espèces.” conclut Aneta.

Image
Selena Miniscalco
Chargée de Communication

Newsletter

Des bonnes nouvelles, des ressources et des jobs : découvrez toute l’actualité de la communauté H7 dans votre boîte mail.